Club des Monstres

aller sur le site du Club | aller sur la page Facebook
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 FIVE - 1951

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mario aka blanc citron
Admin
avatar

Nombre de messages : 5318
Age : 60
Localisation : Québec
Date d'inscription : 15/01/2006

MessageSujet: FIVE - 1951   Lun 25 Déc - 8:43

Les CINQ SURVIVANTS aka FIVE - Arch Oboler avec William Phipps, Susan Douglas Rubes, James Anderson, Charles Lampkin, Earl Lee, 1951, États Unis, 87m

Une femme enceinte, seule, déambule dans un décor dévasté, après que les bombes atomiques aient détruit l'humanité. Dans une montagne, elle découvre un survivant, puis deux hommes en voiture les rejoignent, suivis  d'un dernier homme. Ces gens de milieux et de pensée différentes vont avoir beaucoup de difficulté à cohabiter. La femme traumatisée espère retrouver son mari, le jeune professeur  essaie maladroitement de la séduire, un homme de couleur est détesté par le néo-nazi débarqué à la dernière minute et un banquier malade, on est loin de la cellule familiale ou coopérative d'entraide. Les derniers survivants vont-ils s'entretuer pour terminer la folle histoire de l'auto-destruction anticipée de l'humanité ?

Un petit budget noir et blanc tourné dans la maison du producteur, réalisateur et scénariste, des visages inconnus, tout concours à mettre en place un drame post-apocalyptique, annonciateur d'une vague de films dans ce genre rapidement codifié. Le personnage de Susan Douglas Rubens n'est d'ailleurs pas sans rappeler la future Barbara dans La Nuit des Morts Vivants, presque catatonique, incapable de s'adapter à son sort certes traumatisant. James Anderson est parfait en salaud qui refuse de collaborer aux efforts d'agriculture du groupe, se contentant de piller, tuer et de convoiter la femme. Le scénario avance de drame en drame, le nihilisme parcourant le récit de manière implacable.  Le film fut défendu à l'époque par nul autre que François Truffaut dans les Cahiers du cinéma, pour son côté nouvelle vague, tourné loin des studios d'Hollywood. Arch Oboler, plus prolifique écrivain que réalisateur, a entre autres réalisé en 1953 Twonky, un comédie de science fiction sur un homme qui se rend compte que son téléviseur est possédé par une entité du futur, qui m'intrigue pas mal.  Une pièce intéressante pour tout amateur de post apocalyptique.

Offert en version originale anglais avec sous-titres français en option sur le dvd de la compagnie Artus Films.  Mario Giguère




_________________
Mario aka Blanc Citron
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://clubdesmonstres.actifforum.com
 
FIVE - 1951
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» INRP -La grammaire à l'école primaire - 1951
» Les photos de Lubbock (1951)
» Extrait du film de Robert Wise (1951) :
» (1951) L'airmiss du Vol 124
» La guerre d'Indochine>Appel à la jeunesse vietnamienne, 11 juillet 1951

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Club des Monstres :: Club des Monstres-
Sauter vers: