Club des Monstres

aller sur le site du Club | aller sur la page Facebook
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 HORSEHEAD, Romain Basset (France, 2014)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Stelvio 71 II

avatar

Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 10/03/2015

MessageSujet: HORSEHEAD, Romain Basset (France, 2014)   Mar 10 Mar - 18:33

Avec Lilly-Fleur Pointeaux, Catriona MacColl, Murray Head, Fu'ad Aït Aattou, Shane Woodward, Gala Besson, Vernon Dobtcheff, Philippe Nahon.

Depuis son plus jeune âge, Jessica fait régulièrement des cauchemars dont le sens lui échappe. Cette singularité l’a conduite à mener des études spécialisées en psychophysiologie du rêve et à suivre une thérapie avec Sean, son mentor, pour tenter d’en comprendre les origines. Suite au décès de sa grand-mère maternelle, Jessica doit retourner dans la maison familiale. A son arrivée, elle découvre que son aïeule défunte repose dans la chambre mitoyenne à la sienne durant la veillée mortuaire. Après une nuit agitée par un étrange cauchemar, Jessica tombe subitement malade. Clouée au lit par de fortes fièvres, la jeune femme décide d’utiliser son état léthargique pour expérimenter le rêve lucide et essayer ainsi de prendre le contrôle de ses rêves. Jessica va alors commencer à évoluer dans son propre monde onirique et, développant peu à peu ses capacités de rêve lucide, elle va mener l’enquête afin de découvrir le mal qui la ronge et qui hante la demeure familiale...

Voilà pour le « pitch » d’HORSEHEAD, premier film de Romain Basset qui sort ce mercredi sur les écrans français. Une jeune femme perturbée, une vieille maison lourde de mystères, des cauchemars récurrents : le moins que l’on puisse dire est que l’argument de départ de cette première œuvre ne donne pas dans l’inédit. Un huis clos horrifique avec pour cadre une bâtisse chargée d’un lourd passé, en voilà un « combo » vu et revu dans le cinéma d’horreur, qui fera affluer chez tout spectateur un peu averti une foultitude de comparaisons.

En plaçant d’emblée son premier opus sous ce haut patronage cinéphilique, Romain Basset ne choisissait pas la facilité. Découvert par une fin de matinée pluvieuse du mois de février, HORSEHEAD relève le défi avec brio. « Quand je n’ai pas d’idée, je mets un rêve », disait Luis Bunuel. Notre jeune cinéaste montre lui qu’il est possible de filmer des cauchemars sans manquer d’idées. La suite de tableaux oniriques, composés avec méticulosité et soin du détail, finit par former une galerie sensorielle apte à satisfaire notre pulsion scopique. Sans pour autant rendre l’ensemble imbitable, la fantasmagorie ne venant jamais rompre les fils, pourtant ténus, de la narration.

Ayant décidé de tourner en anglais dans un souci d’efficacité commerciale, le réalisateur a eu la bonne idée de confier les personnages des deux parents à deux comédiens anglophones, le chanteur Murray Head et la muse fulcienne Catriona McColl, que l’on est ravi de retrouver dans un rôle aussi développé. Situé dans la Creuse où les Britanniques ont été nombreux à investir dans la pierre, le film supporte cette anglicisation sans trop perdre en cohérence. La scène du curé, interprété par Philippe Nahon, ne s’imposait en revanche pas, d’autant qu’elle donne au film un côté « déjà vu », ledit (excellent) acteur ayant souvent honoré de sa présence bourrue les films de genre français.

Influencé par les maîtres italiens de l’horreur colorée, un certain fantastique d’atmosphère australien – on pense parfois à des films comme SUMMERFIELD ou NEXT OF KIN (aka MONTCLARE, LE RENDEZ-VOUS DE l’HORREUR) – et LA COMPAGNIE DES LOUPS de Neil Jordan (vous verrez pourquoi…), Romain Basset livre une première œuvre stimulante. On pourra lui reprocher un certain manque d’enjeux narratifs, mais ce serait passer à côté de ses charmes oniriques, incarnés par la créature qui fournit son nom au film et à la jolie Lilly-Fleur Pointeaux qui en campe le personnage principal. Parfois, mieux vaut simplement se laisser porter par le regard d’(un cinéaste sur) une actrice. Stelvio





Dernière édition par Stelvio 71 II le Mar 10 Mar - 18:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stelvio 71 II

avatar

Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 10/03/2015

MessageSujet: Re: HORSEHEAD, Romain Basset (France, 2014)   Mar 10 Mar - 18:36

Salut Mario, et salut à tous ceux qui passent par ici ! Je me suis réenregistré car je ne retrouvais plus les codes de mon ancien pseudo... qui était pratiquement le même Wink

Stelvio
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mario aka blanc citron
Admin
avatar

Nombre de messages : 5291
Age : 59
Localisation : Québec
Date d'inscription : 15/01/2006

MessageSujet: Re: HORSEHEAD, Romain Basset (France, 2014)   Mer 11 Mar - 9:29

Merci Stelvio, tu est en ligne dans la Gazette du Club !

http://www.clubdesmonstres.com/gazette/horsehead.htm

Tournée

_________________
Mario aka Blanc Citron
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://clubdesmonstres.actifforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: HORSEHEAD, Romain Basset (France, 2014)   

Revenir en haut Aller en bas
 
HORSEHEAD, Romain Basset (France, 2014)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les voeux du Pape François à la Curie romaine (21 décembre 2013)
» BASSET de CHATEAUBOURG (Anne-Léonard-Camille), Préfet
» Constantin - un empereur romain au service du Christ
» Le calendrier romain
» SAMEDI 28 FEVRIER 2009 - SAINT ROMAIN (4ème siècle) - Bx DANIEL BROTTIER (1876-1936)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Club des Monstres :: Club des Monstres-
Sauter vers: